Philou blog-trotter

vendredi 2 septembre 2005

Les adieux au boulot


Vendredi était donc mon dernier jour de travail à la BNP. Ma mission devait de toute façon finir un de ces prochains jours, ayant presque atteint la date de péremption du prestataire de service. Après trois ans et demi au sein du domaine Interfaces d'Atlas2, mes bons et loyaux services devaient donc arriver à leur terme. L'occasion était bonne à saisir pour faire un break. En plus, partir autour du monde après avoir aidé Atlas à le soutenir sur ses épaules, le moment ne pouvait pas être mieux choisi.

Jusqu'ici, j'avoue que je m'étais pas posé trop de questions, trop pris dans les préparatifs de dernière minute, les derniers rangements, les amis à voir avant de partir.
Je n'avais pas ressenti de doute, d'hésitation, ni d'angoisse particulière. Mais ce vendredi, après notre séance de bread storming traditionnelle du vendredi matin, j'ai soudain réalisé que, ça y est, quelque chose allait changer. Le principe du bread storming est simple: chaque semaine, un des membres de l'équipe amène les pains au chocolat et les croissants pour tout le monde, et on se fait un petit déjeuner tous ensemble. Et malheur à celui qui oublie de prendre des pains au raisins pour Bob! (à moins qu'il n'amène des oranais à la place, dans ce cas il sera pardonné). Notre bread storming de ce vendredi fut un peu particulier car mes collègues avaient décidé de me gâter avant que je leur dise définitivement au revoir. Merci à vous pour cette panoplie du parfait aventurier: une boussole pour ne pas prendre le nord, à défaut d'indiquer la direction
à prendre pour rentrer chez ma mère, des jumelles pour voir arriver de loin les castreurs de moutons mongols, ou mater la galinette cendrée avant de décider de la tactique d'approche, un couteau suisse pour de défendre éventuellement si les dits mongols finissent finalement pas me rattraper, des multi prises électriques utilisables dans le monde entier afin de recharger mes batteries d'appareil photos aussi bien au pays des tartares que dans celui du soleil levant, des livres pour tuer le temps dans le transsibérien, et finalement un carnet de voyage qu'il va maintenant me falloir remplir. Tous ces cadeaux me vont droit au coeur, et vous aller me manquer, c'est certain.
En quittant la BNP cette fois-ci, je suis vraiment en train de partir. Je réalise qu'une nouvelle période de ma vie commence. Et c'est avec un pincement au coeur que j'ai dit au revoir à tout le monde. Julien, Elise, Sylvie, Vincent, Nathalie, Hussein, Nicolas, Hanane, Bob, et Serge, vous étiez vraiment des collègues exquis. Pas seulement compétents, mais aussi humains, alors
j'espère qu'on restera en contact.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil